Les PJs de Z-CORPS

WANG N’GUYEN 

Jeune asiatique geek de 21 ans, étudiant en art appliqué. Il a pas le choix de venir dans le Kansas pour travailler chez son oncle qui viens d’acheter un resto a Phô le temps de ces vacances pour se faire de l’argent de poche, exceptionnellement son cousin peut se débrouiller seul pour le 2ème service vu le peu de client de ce soir et son oncle lui a laisser sa fin de soirée de libre, il est venu au bowling après son service pour divertir entre les 2 flippers et les quelque borne d’arcade dont une tout particulièrement Time Crisis. Son cursus scolaire lui a développé un regard différent sur les choses qui l’entoure et à les analyser inconsciemment. Étant un grand fan des films de Jacky Chan il s’est enfin décider à suivre des cours de kung fu depuis 1 ans. Il a su acquièrir une bonne acuité visuel grâce à ses indénombrables heures de jeu sur sa console et sur son pc et le perfectionnement de son sens de l’observation du a ces études. Le sens de la Vue est celui qui sollicite le plus mais le reste c’est autre chose, il a une très mauvais oreille, une condition physique en dessous de la moyenne, il est timide, discret, manque d’assurance, introverti il préfère observé son entourage avant de s’ouvrir.

 

CLIVE SIMON 

22 ans, je travaille au bowling, pistonné par mon oncle (gérant du bowling), j’ai fuis les responsabilités de la grande boite d’assurance pour laquelle je bossai et qui m’a valu une dépression.Je retrouve aujourd’hui le sourire et le gout de vivre en travaillant dans cette nouvelle ambiance conviviale, je suis même heureux quand je range les chaussures de bowling selon leurs couleurs mon film préféré est bien entendu « the big lebowsky ». Le jour de « l’attaque » est pour moi un jour odrinnaire

 

BOBBY PATTINSON

Je m’appelle Robert Pattinson, mais tout le monde m’appelle Bobby surtout depuis qu’un petit puceau blanc bec s’est fait connaitre en jouant les tarlouses dans un film de gonzesse avec exactement le même nom que moi. J’ai 43 balais et je sais toujours pas comment j’en suis arrivé jusque là, avec la vie que je mène, entre magouilles, casses, et deals de dope, j’ai déjà passé 13 ans de ma vie en prisons à éviter de me faire mettre par les fashos ou étriper par les négros. Le reste du temps je sillonnait les États-Unis à la recherche de tranquillité mais c’est toujours plus fort que moi, l’argent facile et les putes me ramènent toujours à mes amours de jeunesse. Mon dernier coup : une bijouterie à Denver. Le proprio était un vieux juif trop sénile pour attraper sa vieille pétoire derrière le comptoir. Mon complice (que j’avais rencontré la veille dans un rade d’Aurora) avait été plus rapide et lui avait fait sauter la cervelle avant même que je puisse intervenir. J’aime vraiment pas bosser avec des tox, ils font toujours des trucs imprévus. Une fois les bijoux dans la besace j’ai moi aussi fait quelque chose d’imprévue, y’a pas de raison… Un coup de crosse sur la nuque de Brad (mon acolyte accro à la meth) et bim il s’écroule par terre. J’attends pas de savoir si il va pouvoir se relever, je monte dans la caisse qu’on a volé la veille et je trace vers l’Est. Je connais un type à Kansas City qui pourra m’acheter la camelote et dans 2 jours si tout va bien jme la coulerai douce à Fort Lauderdale. Les 8 heures de route se passent pas trop mal jusqu’à ce que j’aperçois dans mon rétro une dodge orange (c’est pas commun) qui me suivait ou que j’aille. Pas question de prendre le moindre risque, que ce soit brad qui se serait réveillé, un flic, un privé ou juste un péquin qui voulait faire le malin, je veux en avoir le coeur net. Il 21h50, je remarque ce bowling ouvert à Lawrence, je m’y arrête, un lieux public c’est parfait pour se planquer et découvrir ce qui se passe. Je me gare, la dodge aussi. Je traverse le parking les bijoux dans mon sac a dos et la main sur mon colt 45 dans l’intérieur de ma veste en évitant les lampadaires. mon poursuivant est malin lui aussi reste dans l’ombre, je n’arrive pas à voir son visage. J’entre dans le bowling je me pose dans une table au fond et j’attend que l’autre entre. 22h je vais enfin savoir quelle est la tronche de ce guignol qui trouve rien de mieux à faire que de me filer le train ce soir.

Publicités